"Le bouddhisme est un mode de vie par lequel nous développons les qualités de notre esprit.
C’est un mode de vie très particulier, car c’est une façon d’atteindre le bonheur
sans nuire à autrui."

LE XVIIe GYALWA KARMAPA, TRINLEY THAYÉ DORJÉ

Revue "Tendrel"

Retrouvez sur cette page des enseignements parus dans la revue "Tendrel" éditée par Dhagpo Kagyu Ling jusqu'en 2002.

LE MANTRA KARMAPA TCHENNO

Khenpo Tséring

Khenpo, quelle est l'origine des mantras?

- Mantra est un mot sanskrit, et ce petit mot nous introduit à un sens très profond. Les mantras sont les bénédictions et les souhaits de tous les bouddhas et bodhisattvas. Chaque bouddha ou chaque bodhisattva formule des souhaits particuliers, de façon à ce qu'ils prennent une forme spécifique et à ce qu'ils se manifestent sous un aspect particulier; ceci fait qu'ils prennent parfois la forme de lettres, c'est-à-dire de mantras.

 

Par exemple, le mantra de Tchenrézi, OM MANI PEME HOUNG, est né de l'accumulation de mérite accomplie par Tchenrézi durant d'incommensurables kalpa. Il a généré l'esprit d'éveil pendant tous ces kalpa et a ensuite souhaité que le fruit de son mérite prenne la forme de lettres qui puissent être utilisées par tous les êtres de façon simple.

 

Le mantra du Karmapa "Karmapa Tchenno" a été transmis par le huitième Karmapa, Mikyeu Dordjé. En fait, "Karmapa Tchenno Il n'est pas un mot sanskrit, c'est du tibétain. Mais comme il est chargé de l'influence spirituelle du Karmapa, nous pouvons l'utiliser comme un mantra.

 

Pouvons-nous dire que le mantra est un lien entre le corps pur et l'esprit pur ?

 

- Le mantra est une méthode. C'est une manière de méditer qui permet d'accroître sa méditation et de la stabiliser. Je pense que le mantra est une des meilleures possibilités pour stabiliser sa méditation, parce que lorsque vous récitez un mantra, que vous vous concentrez dessus, c'est une méditation, mais c'est en même temps une grande accumulation de mérite aussi bien qu'une purification des négativités. La récitation d'un mantra est une grande source de bienfait.

 

Est ce que les mantras ont une limite ?

 

- Il n'y a aucune limite aux mantras. Par exemple, lorsque nous effectuons les pratiques préliminaires, il faut en accumuler un certain nombre. Dans ce cas, il faut en accomplir cent mille. Mais en fait, il n'y a pas de limite dans la pratique ; tant que vous n'avez pas atteint l'éveil, l'état de bouddha, vous devez continuer à pratiquer. La limite, c'est l'obtention de l'éveil.

 

Pourquoi existe-t-il différents types de mantras, comme celui de Tchenrézi, celui d'Amitabha ou du Karmapa. Tous sont des bouddhas, leur action est-elle identique ?

 

- Les bouddhas et les bodhisattvas aident les êtres sous deux aspects différents : l'aspect courroucé et l'aspect paisible. Il y a des mantras paisibles pour l'activité paisible et des mantras courroucés pour l'activité courroucée. C'est pour cela qu'il existe différents types de mantras. On utilise l'un ou l'autre mantra selon les besoins, selon le type d'activité que l'on veut mettre en oeuvre. C'est pour cette raison qu'il existe ces différentes méthodes.

 

 

Quand nous récitons "Karmapa Tchenno », quels sont le sens et le but de ce mantra pour un pratiquant ?

 

- Nous récitons ce mantra dans le but de nous libérer de la souffrance et d'atteindre l'état de bouddha pour le bienfait de tous les êtres. Ce mantra particulier, "Karmapa Tchenno", signifie littéralement: "Karmapa connaît tout". Comme le Karmapa connaît tous les besoins des êtres, lorsque nous l'invoquons, il peut accomplir nos souhaits par le pouvoir de sa compassion et par la force de son esprit d'éveil. Donc, quand nous récitons ce mantra, nous disons en fait: parce que vous êtes le bouddha omniscient et que vous savez que nous sommes dans la souffrance, vous êtes venu en ce monde pour notre bienfait et pour nous libérer de cette souffrance.

 

Devons-nous effectuer un certain nombre de récitations du mantra avant d'obtenir des bienfaits ?

 

- Dans ce cas, la qualité est plus importante que la quantité! Si vous récitez le mantra « Karmapa Tchenno" un grand nombre de fois sans avoir l'esprit pur, sans avoir une bonne motivation, si vous le récitez sans penser à ce que vous faîtes, le bienfait en sera limité, car votre motivation et votre concentration seront limitées également. Par contre, même si vous récitez un nombre restreint du mantra "Karmapa Tchenno" mais que vous le faîtes avec une bonne motivation et une bonne concentration, vous en recevrez alors un grand bienfait.

GLOSSAIRE

 

 Bodhisattva: l'être qui engendre et pratique l'esprit d'éveil visant à l'accomplissement du bienfait des êtres, sans implication égoïste.

 

 Bouddha: éveil, être éveillé. En tibétain "Sangyé" : le Tout Pur, exempt de souillure et de négativités, et le Tout Epanoui, ayant parachevé toutes les qualités.

 

 Compassion: motivation et attitude du bodhisattva qui souhaite libérer tous les êtres de la souffrance et de ses causes. La nature de l'éveil est la grande compassion, indissociable de l'essence de vacuité, propre à toute manifestation.

 

 Dharma: la loi, la voie, la doctrine du Bouddha, qui explique la nature des phénomènes.

 

 Divinité: expression de l'éveil et support de méditation par lequel cet éveil est approché.

Dans le bouddhisme, l'essence de la divinité est identique à l'esprit du pratiquant, c'est-à-dire non existante et non séparée.

 

Kalpa : un éon, une ère cosmique

 

 Karma: voir action

 

Karma Kamtsang : nom de la lignée du Karmapa

 

Khenpo : érudit, abbé d'un monastère

 

Madhyamika : voie médiane, école philosophique bouddhiste qui se situe à l'écart de toutes les positions extrêmes d'affirmation ou de négation de l'existence et de la non-existence de toute chose. Elle appartient au grand véhicule.

 

Mahayana : grand véhicule, approche du bouddhisme, fondée sur la compréhension de l'absence d'existence intrinsèque des phénomènes et sur une motivation altruiste. Le pratiquant vise à l'accomplissement du bienfait de tous les êtres, sans souci de sa propre libération et, par làmême, il réalise l'éveil ultime, l'omniscience du Bouddha.

 

Samsara : devenir, mode conditionné, cycle dans lequel s'opèrent morts et renaissances, constitué des six mondes.

 

Maître spirituel: gourou, lama. Guide qualifié de par sa connaissance, son expérience ou sa filiation spirituelle, pour transmettre un enseignement et conduire les pratiquants à la réalisation de cet enseignement.

 

Mandala : support de méditation constitué d'une divinité, de son entourage et de son palais.

 

Rumtek : le monastère siège des Karmapa en Inde (Sikkim).

 

 Sangha: le troisième Joyau du refuge, la communauté spirituelle, guide des êtres vers la libération.

 

 Tantra: enseignements ésotériques, reposant sur une transmission initiatique, comportant des techniques de réalisation spirituelle spéciales qui accélèrent la maturation de l'esprit.

 

Terres d'éveil: degrés de la réalisation spirituelle traversés par l'être qui s'est libéré de l'existence conditionnée, jusqu'à l'obtention de l'éveil ultime.

 

Tsurphu : le monastère siège des Karmapa au Tibet.

 

Sambhogakaya : corps de perfection des qualités. Corps formel d'éveil manifestant la forme pUre pourvue de toutes les qualités d'éveil. Il correspond à la dimension pure de la parole.

 

 Vacuité: essence de tous les phénomènes et de l'esprit. Ceux-ci sont dépourvus d'existence intrinsèque, mais néanmoins manifestés. Tous les phénomènes sont l'union de la vacuité et de l'apparence, ce que rend la formule célèbre: "le vide est la forme, la forme est le vide, il n'est d'autre vide que la forme, il n'est d'autre forme que le vide."

 

Vidyadhara : détenteur de connaissance.

 

Voeux de libération individuelle: ne pas tuer, ne pas prendre ce qui n'est pas donné, ne pas tromper les autres, préserver une conduite sexuelle correcte, ne pas consommer d'intoxiquants.

 

 

Dhagpo Kagyu Ling - Landrevie - 24290 Saint-Léon sur Vézère - tél : 05 53 50 70 75 - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.