"Le bouddhisme est un mode de vie par lequel nous développons les qualités de notre esprit.
C’est un mode de vie très particulier, car c’est une façon d’atteindre le bonheur
sans nuire à autrui."

LE XVIIe GYALWA KARMAPA, TRINLEY THAYÉ DORJÉ

Revue "Tendrel"

Retrouvez sur cette page des enseignements parus dans la revue "Tendrel" éditée par Dhagpo Kagyu Ling jusqu'en 2002.

Universalité de l’enseignement

AVRIL 1996

TOBGA RINPOCHE 

Beaucoup d'étrangers enseignent le bouddhisme, de même que beaucoup de lamas ou de khenpo tibétains. Il est très important qu'il n 'y ait pas de malentendu~ entre ces deux groupes. Et pour qu'il n'y en ait pas, il faut dompter son propre esprit.

Dire, par exemple, que les lamas occidentaux ou ceux qui ne sont pas tibétain~ ne peuvent pas développer les mêmes qualités que les lamas tibétains n'est pas vrai. Le bouddha historique, de ce point de vue, était un étranger: il était indien. D'un autre côté, certains étrangers déclarent que les lamas tibétains ne possèdent absolument aucune qualité. Cela non plus n'est pas vrai. Il ya des lamas tibétains qui ont des qualités et il y a des lamas tibétains qui n'en ont pas. Cela dépend de leurs antécédents, de leur éducation, de leur pratique, etc., mais affirmer catégoriquement que les lamas tibétains n'ont pas de qualités est faux. Il s'agit de suivre les lamas tibétains qui ont des qualités et de simplement éviter ceux qui n'en ont pas. Il n'est pas nécessaire d'insulter les lamas qui ne possèdent pas certaines qualités. On peut les éviter tout simplement.

Quand je regarde toutes les personnes rassemblées ici, je vois beaucoup de Tibétains ; il y a des lamas, des khenpo, des rinpoché, etc. Je vois aussi beaucoup, d’étrangers, parmi lesquels certains enseignent le dharma; il est très important que de bonnes relations s'établissent entre ces groupes. Il est extrêmement difficile de trouver une personne sans défaut. Il s'agit de déceler les bonnes qualités de chacun. Si l'on parle sans cesse des mauvaises qualités des autres, si l'on ne voit que cela, c'est probablement parce que l'on a une intention spécifique en agissant ainsi. En tant que bouddhiste, cela ne sert pas à grand chose de parler d'une manière de vivre non-violente. Il faut adopter un mode de vie non violent. On pourrait s'attendre à ce qu'une conférence bouddhiste telle que celle-ci traite de l'adoption d'un mode de vie non-violent et de l'obtention d'un état de bien-être dans le but de pratiquer le saint dharma, etc.

 

A l'institut Karmapa, les enseignements sont donnés par différents professeurs, et les étudiants ont ainsi la possibilité d'apprendre le bouddhisme. Quand vous communiquerez par la suite cette connaissance aux autres, il est important de ne pas dépasser vos propres limites. Cela signifie qu'il ne faut pas chercher à parler de choses que l'on n'a pas parfaitement comprises. Il faut essayer de transmettre ce que l'on a compris. Il est impossible à une personne de comprendre l'ensemble de l'enseignement du bouddha, tout simplement parce que la sagesse du bouddha est inconcevable. Par conséquent, quand il y a quelque chose que l'on n'a pas la capacité d'aborder, on ne doit pas tenter de le faire. Il vaut mieux essayer progressivement d'accroître ses propres connaissances et d'améliorer sa pratique, et l'on découvrira alors que ce processus est sans fin.

La nature de la réalité est inconcevable. Lorsqu'on étudie la nature de la réalité selon la philosophie bouddhiste, on peut avoir l'impression qu'il existe des contradictions. A certains moments, les enseignements parlent de vacuité, à d'autres de l'existence de la sagesse, etc. Ces différents aspects peuvent sembler contradictoires, pourtant ce n'est pas le cas. Ce sont simplement différents aspects de ce qui, en réalité, est inconcevable et ne peut être exprimé par des mots. Gardez cela présent à l'esprit.

 

 

Dhagpo Kagyu Ling - Landrevie - 24290 Saint-Léon sur Vézère - tél : 05 53 50 70 75 - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.