"Le bouddhisme est un mode de vie par lequel nous développons les qualités de notre esprit.
C’est un mode de vie très particulier, car c’est une façon d’atteindre le bonheur
sans nuire à autrui."

LE XVIIe GYALWA KARMAPA, TRINLEY THAYÉ DORJÉ

Revue "Tendrel"

Retrouvez sur cette page des enseignements parus dans la revue "Tendrel" éditée par Dhagpo Kagyu Ling jusqu'en 2002.

Appel au lama

Ngari Tulkou

OM LAMA KARMAPA TCHENNO.
Clair et majestueux Lama Rangdjoung Rigpé Dordjé
Qui êtes dans l'espace en face de nous,
Veillez sur nous.

A cause du karma et des émotions,
Les êtres se sont enlisés dans les marécages
Des trois sphères du samsara ;
Ayant porté votre regard vers moi et mes semblables,
Que vos mains pleines d'amour nous indiquent la Voie.

Votre corps est le Bouddha du parfait mérite,
Votre parole, les quatre-vingt-quatre mille Enseignements,
Votre esprit, la Sangha, notre Maître spirituel.
Maître qui détenez le trésor des qualités incommensurables,
Karmapa ayant l'activité de tous les Bouddhas,
Ami intime des êtres, connu sous le nom de Rangdjoung Rigpé Dordjé,
En ces temps dégénérés, nous vous adressons cette prière.
Regardez-nous avec compassion.

Vous qui savourez le goût du nirvana
Et voyagez à travers tous les Champs Purs,
Considérez les tourments de vos enfants,
Et, par votre regard si plein d'amour,
Délivrez-nous de ces abîmes.

23
Par l'ignorance des trois portes,
Nous, les êtres ordinaires, les êtres du samsara,
Bien qu'aspirant à la vertu,
Agissons de façon négative.
Voyez comment le feu des trois poisons ardents nous consume.
Faîtes tomber la rafraîchissante pluie de la compassion.

Rencontrer votre visage est la grande Libération par la vue,
La joie s'élève alors dans l'esprit non-fabrique,
C'est la bénédiction du Lama, maintenant je le sais.
Faîtes que l'esprit se tourne vers le Dharma.

Souvent je me souviens ! Votre visage heureux,
Toujours souriant, paisible, empli de grande compassion.
Je me souviens du contact de votre main d'amour
Au sommet de ma tête et du mot Compassion
Prononcé comme le chant de Brahma.

De la sphère du Nada, l'inépuisable parole secrète,
Accordez les remèdes qui dissipent les poisons
Des cinq émotions perturbatrices.
Indiquez la Voie de l'Accomplissement du Bouddha en une vie.
Je me souviens du don de la bienveillance sans mesure.

Vainqueur, quand j'étais face à votre grand amour,
Les tourments de mon esprit se purifiaient d'eux-mêmes ;
L'insurpassable Félicité de la paix naissait, ainsi que d'autres choses,
De telles bénédictions du Lama, je me souviens.

Je me souviens de vous Manjushri,
Détenteur du vadjra aiguisé,
Qui pour répondre à mes questions
Tranche l'aveuglement de mes doutes au moyen de la grande vérité,
Du sens profond et des paroles excellentes.

Je me souviens qu'en guise de testament, autour de notre cou
Vous avez noué un collier de joyaux :
Des instructions qui par de multiples méthodes
Indiquent la Voie à nous tous
Vos disciples dévoués.

Dans les moments de joie, nous sommes vaincus par les passions ;
Sans prêter garde à l'oubli, à la paresse et au temps qui presse,
Nous nous associons à des êtres négatifs
Et délaissons les conseils.
Dans cet état de souffrance, avec effort
Je me souviens parfois de vous.
Je me souviens des paroles sortant de la bouche
Du puissant Vainqueur, le Compassionné :
Lorsque l'indésirable arrive comme la foudre,
Lorsque tous les temps ne sont que souffrance,
Méditer les divinités, réciter les mantras,
Pratiquer l'échange avec autrui sont les remèdes.

Il a dit, je m'en souviens :
Lorsque naît l'émotion du désir,
Regarde l'exemple du lotus qui est sans attache,
Engage-toi sur le chemin des Soûtras et des Tantras
Etablissant des liens avec les êtres tout en restant libre d'attachement.

Il a dit, je m'en souviens :
Lorsque brûle l'émotion de la colère,
tenant pour exemple la conduite du Fils des Vainqueurs,
En tous les êtres reconnais tes parents,
Et retourne-leur les bienfaits.
comble-les par l'amour des trois portes.

Il a dit, je m'en souviens :
Quand s'épaissit le brouillard de l'émotion d'ignorance,
rends pour modèle la diligence de la fourmi,
Aie pour unique activité le bien d'autrui.
Il faut que cesse le temps de la prétention.

Il a dit, je m'en souviens :
Ayant purifié tous les voiles des émotions et de l'ignorance,
Possédant la foi, la diligence, la compassion et la sagesse,
Reconnais le moyen et accomplis l'omnisciente Bouddhéité,
Perfection de tous les samadhis.

Il a dit, je m'en souviens :
Quand par ta conscience ignorante,
Toutes sortes de doutes s'élèvent en ton esprit
Sur ce qui est à adopter et à abandonner,
Approche-toi alors des pieds d'un Lama qualifié
Adopte et abandonne d'après ce qu'il te dit.

Il a dit aussi je m'en souviens :
Si à travers le bonheur et la souffrance, le bien et le mal,
Quelque soit ton état, tu te souviens
Jour et nuit du sublime Seigneur,
Alors avec sa grande Sagesse Primordiale,
En tous temps et toute impartialité,
Il veille sur toi.


Je me souviens qu'il a dit :
II faut t'efforcer à méditer le Lama quel qu'il soit,
A recevoir l'initiation et à demeurer dans l'ouverture ;
Puis t'appliquer à dissoudre les trois secrets et le siège en toi-même.
Sans même te comtempler,
Comme l'arc-en-ciel fonds-toi dans la vacuité ;
Et demeure dans cette absorption.

Il a dit, je m'en souviens :
A partir de maintenant et jusqu'à l'Eveil,
En t'appuyant sur la Voie profonde du gourou yoga,
Si tu gardes comme il convient les samayas, en accomplissant le chemin,
La bénédiction sera la vraie réalité.

Tous les êtres sans exception, mes semblables et moi-même,
Tous ceux qui suivent le sublime Vainqueur,
Agiront selon les souhaits de tous les Vainqueurs
En développant sincèrement l'action vertueuse envers les autres.
Toutes nos vies durant, veillez à ce que nos trois portes
Reçoivent la bénédiction des trois secrets
Du sublime Vainqueur, le grand Rigpé Dordjé.
Veillez à ce que nous accomplissions l'état de Bouddha en cette vie.

Karmapa, veillez sur nous !

Modeste mais authentique disciple du XVIe Karmapa Rangdjoung Rigpé
Dordjé, Karma Tenzin Khédroup Gyamtso, nommé ainsi par Djamgeun Tai
Sitoupa, a une dévotion sans bornes à l'égard des Ecritures et des Trésors des
anciennes et des nouvelles écoles.
Ngaii Touikou, dont l'attitude est impartiale et sans rejet, étudia dans la ré-
gion tibétaine du Dokham, à Dégué Dzongsar Tashi Latsé, siège des incarna-
tions successives de Djamyang Kyentsé Ouangpo. Il écrivit ce chant irréfléchi
de Souvenirs du Lama pour tous ceux qui suivent la voie de la transmission du
Dharma du vénérable Seigneur.
Ce texte fut écrit en deux fois, au centre du Dharma KTT (à Pau), dans la
maison de Denise, lors de conférences sur les Trois Supports, en l'année du
Tigre de Feu, le quinzième jour du troisième mois.

Puisse ceci être bénéfique.

Sarwa Da Kalya Na Bawa Tu.

Dhagpo Kagyu Ling - Landrevie - 24290 Saint-Léon sur Vézère - tél : 05 53 50 70 75 - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.