"Le bouddhisme est un mode de vie par lequel nous développons les qualités de notre esprit.
C’est un mode de vie très particulier, car c’est une façon d’atteindre le bonheur
sans nuire à autrui."

LE XVIIe GYALWA KARMAPA, TRINLEY THAYÉ DORJÉ

Revue "Tendrel"

Retrouvez sur cette page des enseignements parus dans la revue "Tendrel" éditée par Dhagpo Kagyu Ling jusqu'en 2002.

Le chemin du bodhisattva

Jigmé Rinpoché

Assis dans le jardin du Gyalwa Karmapa, nous écoutions Jigmé Rinpoché donner un enseignement permettant de mieux comprendre celui donné quelques heures plus tôt par le Gyalwa Karmapa.

Jigmé Rinpoché
Enseignement donné à Kalingpoung, mars 1999, dans le jardin du Gyalwa Karmapa

Question: pouvez-vous nous parler du chemin du bodhisattva, des différentes étapes qu'il parcourt, afin de mieux comprendre l'activité du Gyalwa Karmapa.

Jigmé Rinpoché : Nous allons parler des étapes que nous pouvons comprendre, c'est-à-dire de celles qui nous sont accessibles. Ainsi, nous pourrons les mettre en pratique. Le Karmapa a dit l'essentiel, mais je vais commenter certains détails.
Le Gyalwa Karmapa a parlé de l'importance qu'il y a pour nous à apaiser notre esprit. Nous parlons en général de la discipline qu'il nous faut développer.
Cela signifie que nous ne devons pas nous laisser influencer par les pensées négatives. Par exemple, par la saisie égoïste, la jalousie et l' orgueil. pour ne pas se laisser influencer, il nous faut développer la vigilance.

Etant mieux conscients du fonctionnement de notre esprit, même si nous ne pouvons pas arrêter les émotions perturbatrices, nous pouvons les utiliser. Ainsi que nous l'a enseigné le Karmapa, il nous faut discipliner notre esprit. C'est-à-dire ne pas nous laisser désarçonner par les émotions perturbatrices.
Quand nous parlons de paix ou de discipline, il nous faut en préciser le sens. Rester assis sous un arbre à méditer procure bien sûr de la paix, mais il nous faut arriver à rester paisibles quelles que soient les circonstances que nous rencontrons. Lorsque nous ne comprenons pas ce qui nous arrive, nous sommes perturbés par les émotions qui nous traversent. Par contre, si nous sommes conscients du fonctionnement de notre esprit, spontanément, nous ne serons plus dérangés par les émotions perturbatrices. Alors, nos actes et nos pensées ne seront plus négatifs.
Afin de mieux comprendre l'activité du Karmapa, il nous faut développer l'amour et la compassion. Son activité est celle d'une présence dans le monde, qui prend tout son sens dans l'aide donnée à tous les êtres. Pour nous, pratiquer et être dans l'activité signifie être relié, connecté avec le Karmapa. Bénédictions et enseignements nourrissent cette connexion; c’est ce qui permet à l'activité de chaque individu de se déployer afin de mieux aider ceux qui l'entourent. Si nous ne comprenons pas ce qui suscite les émotions, nous aurons du mal à agir positivement. Mais si nous faisons le lien entre notre activité et notre compréhension des émotions, alors nous pourrons développer amour et compassion. C'est ce qui nous amène à comprendre la souffrance de tous les êtres et à développer un état d'esprit positif envers tous. Sans cela, nous émettons de nombreux jugements. Lorsque nous comprenons la souffrance, nous pouvons aider chacun à s'en libérer. La compassion se déploie à partir de cet amour et de cette compréhension. C'est au travers de l'amour et de la compassion que nous pouvons agir de façon juste. Le Karmapa a expliqué combien il est important d'aider les autres. Pour cela, il nous faut nous connaître et établir en nous un esprit paisible, développer l'amour et la compassion, afin de faire de notre mieux.
C'est pourquoi nous devons travailler avec nos différents états d'esprit. Nous n'avons pas l'habitude d'agir ainsi, mais la pratique, ainsi que la réflexion que nous avons à la suite des enseignements, nous permet de comprendre de quoi il s'agit. A partir de là, l'activité du Karmapa est illimitée. Si nous sommes utiles aux autres, notre propre activité devient sans limite. Sur le plan individuel, nous pouvons être très profitables aux autres. Nous faisons du lien tout simplement parce que nous sommes reliés ensemble. De ce fait, notre action est plus spontanée et entraîne bien plus de résultats positifs pour les autres. Bien sûr, agir seul est possible, mais être relié à des êtres comme le Karmapa, qui sont des bodhisattvas, permet à la bénédiction d'opérer, et ainsi notre esprit est plus clair. Cela signifie que nous sommes alors à même de travailler avec les émotions perturbatrices. Ces mots sont neutres, et l'ignorance entraîne de notre part une incompréhension face aux émotions. Nos actes sont alors en relation avec cette ignorance. Etre plus clair signifie se libérer de cette ignorance. Nos actions seront alors plus justes. Lorsqu'elles ne le sont pas, nous sommes perturbés et agissons sur un plan mondain. Ainsi, nous en revenons à ce nous faisons habituellement. A savoir que lorsque nous aimons quelque chose, nous sommes à même de le faire, et lorsque nous ne l'aimons pas, nous sommes dans l'incapacité ou la difficulté d'agir. Ce sont encore nos jugements de valeur qui décident de nos actions.
L'ignorance n'est pas quelque chose qu'il faille chercher à éviter à tout prix, elle se dissipera d'elle-même, avec le temps.
Ainsi que le Karmapa l'a expliqué, au quotidien, même les petites choses ont leur importance. En effet, l'esprit développe de nouvelles habitudes avec le temps. Sans parler des vies passées, dans cette vie-ci, nous avons déjà des automatismes, et cela crée des difficultés. Notre esprit a des idées toutes faites sur ce qui est important ou non. Or, ce qui nous semble important aujourd'hui ne l'est pas autant que cela. Pour l'instant, nous ne sommes pas habitués à agir, à réfléchir ainsi, et Dans le temple du Gyalwa Karmapa, Mars 1999

il nous est donc difficile de changer. Les petits événements du quotidien ajoutés les uns aux autres font les grands changements. Souvent, nous passons à côté des petits incidents de notre quotidien, car nous sommes à la recherche de grandes actions. Mais l'important ne se situe pas là où nous croyons. Ce sont les petites choses qui vont nous permettre d'évoluer.
Etre relié à l'activité du Karmapa signifie aider tous les êtres vivants. Pour cela, il nous faut pratiquer et agir de façon juste. Avoir l'attitude juste est essentiel parce que l'activité négative ne porte pas les fruits justes. Si l'activité est positive, l'esprit devient plus clair. Pour l'instant, cela n'a pas vraiment de sens pour nous, mais au fil de la pratique et de l'action, nous comprendrons ce que cela signifie. Si nous ne sommes pas habitués à pratiquer, nous pouvons croire que seule l'activité est importante; en fait, les deux le sont. L'action entraîne des habitudes et une capacité à agir, et la pratique nous permet d'être plus clairs par rapport à nos actions. Il n'est pas nécessaire de chercher le pourquoi du comment, mais en pratiquant, nous allons comprendre plus clairement le fonctionnement de notre esprit.

Pratiquer est bien plus qu'un acte traditionnel ou religieux, c'est quelque chose qui va nous permettre de nous comprendre en profondeur.
Le corps est un support qui facilite la méditation. Cela signifie que rester simplement au niveau de la pensée et des mots n'est pas suffisant. Dans le Mahamoudra, dans le gourou yoga, le lama et nous-même sont inséparables. Nous recevons la bénédiction et nous pratiquons. Nous aidons les êtres de façons diversifiées, en fonction de ce que nous sommes. Dans le gourou yoga, on visualise l'essence de la présence du Karmapa et l'on souhaite l'essence de la présence des bodhisattvas. Utiliser le corps comme support facilite ces visualisations.

Les souhaits et les prières

A la fin de chaque pratique, il y a des prières et des souhaits. On en trouve le sens en connectant l'activité avec le Karmapa. Si on les étudie, on va découvrir peu à peu le sens que recèlent ces prières.
On pratique ainsi au quotidien, un peu tous les jours; on agit en faisant des souhaits pour se libérer du samsara et de la souffrance. Nous souhaitons en libérer tous les êtres, et c'est en émettant tous ces souhaits que peu à peu notre activité s'amplifie et touche de plus en plus d'êtres.

 


Dhagpo Kagyu Ling - Landrevie - 24290 Saint-Léon sur Vézère - tél : 05 53 50 70 75 - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.