"Le bouddhisme est un mode de vie par lequel nous développons les qualités de notre esprit.
C’est un mode de vie très particulier, car c’est une façon d’atteindre le bonheur
sans nuire à autrui."

LE XVIIe GYALWA KARMAPA, TRINLEY THAYÉ DORJÉ

Posté le 18 septembre 2015 sur karmapa.org
Voir l'article original (en anglais)

Alors que nous approchons du 21 septembre, journée que les Nations Unies ont définie comme Journée internationale de la paix, profitons de cette occasion pour examiner comment nous préparons la paix. 

Dans le texte de Tokmé Zangpo, Les 37 pratiques d'un bodhisattva, datant du XIVe siècle, la quatorzième pratique se traduit à peu près ainsi :

 

Même si quelqu'un diffuse à travers des milliards de mondes 
toutes sortes de remarques désobligeantes nous concernant, 
répondre à cela en parlant des qualités positives de cette personne, avec un esprit bienveillant,
telle est la pratique d'un bodhisattva.

 

Comme l'illustre cette pratique, la paix peut parfois être difficile, surtout si quelqu'un nous calomnie et nous critique. Cependant, d'un point de vue spirituel, le plus grand défi ne réside pas dans la critique elle-même, mais plutôt dans l'aspect de l’esprit qui saisit, dans l'idée d’un soi et dans tout ce qui en découle.

Dans un monde où l'on accorde une si grande importance à la parole et à la communication – on pourrait l'appeler le monde oral – cet aspect de saisie de l'esprit peut facilement se focaliser principalement sur notre propre image. Quand il y a de vives critiques, le "moi" va alors naturellement se défendre. Cela peut pousser l'esprit à être perturbé par l'émotion et entraîner des pensées, des paroles et des actes de représailles. Cela crée, ou plutôt perpétue, un cycle inutile. En répondant de cette manière, nous pouvons susciter beaucoup d’agitation et l'histoire se perpétuera de manière tout à fait prévisible. 

L'objectif d'un bodhisattva, de quelqu'un sur la voie de l'éveil, est de faire cesser l'agitation, non de l'amplifier. Le but est de créer le calme, non la tempête, et de se concentrer en premier lieu sur ce qui est à la source de toute cette agitation. De cette manière, nous verrons que le réel problème vient du fait que nous exerçons une saisie sur notre propre image. Nous pouvons investir beaucoup d'efforts dans la sauvegarde de notre image. Cette image existe dans le monde des mots, sous la forme d'un nom, d’un titre, etc. Et comme nous ne sommes pas les seuls à nous concentrer sur cette image, mais que d'autres dirigent aussi leurs pensées vers le même point, elle apparaît nettement, comme un reflet dans un miroir. Cette image est maintenant vulnérable aux attaques, pour ainsi dire.

Dans ces circonstances, il est important de garder l'esprit calme, de faire en sorte que notre esprit soit en paix et non perturbé par l'émotion. Sinon, quand notre nom ou notre image est attaqué, bien que seul soit attaqué par autrui notre nom ou notre image – juste le reflet dans le miroir et même pas notre corps physique –, nous pouvons pourtant nous sentir blessés et répondre par de l’agitation inutile. Dans le cas d'un bodhisattva, construire un reflet dans le miroir et projeter ce reflet dans le monde n'a d'importance que si cela est bénéfique aux autres. 

Dans certains cas, il se peut que les critiques d’autrui soient constructives. Dans ce cas, l'esprit vaillant et courageux verra alors les mérites de ces critiques et les accueillera. Seul un esprit sage peut accueillir la critique.

Toutefois, lorsque nous sommes critiqués de façon non constructive, ainsi qu'il est décrit dans cette pratique de Tokmé Zangpo, nous devons considérer ces mots comme un simple écho. 

Alors que nous nous préparons pour la paix et pour la Journée internationale de la paix des Nations Unies, rappelons-nous que le karma créé par les critiques acerbes n'est parachevé que si nous rendons la pareille. Nous avons le pouvoir et le choix de voyager sur le chemin d'un bodhisattva. 

Nous ne pouvons contrôler tous les conflits de notre monde, mais nous pouvons contrôler notre réponse face à cela. Nous pouvons garantir que nous ne créons pas plus de mal, que nous ne causons pas plus d'agitation, mais qu'au contraire nous préparons la paix en lâchant la saisie, en gardant l'esprit calme et en puisant dans l'éternel réservoir de compassion et de sagesse qui se trouve en chacun de nous. Car c'est dans ce réservoir, cette richesse intérieure, que se trouve la source de la paix.

 

Coordonnées

   Dhagpo Kagyu Ling
Landrevie - 24290 Saint-Léon-sur-Vézère - tél : 05 53 50 70 75 -
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Dhagpo, siège européen de la lignée Karma Kagyu, est membre : 

 
Fédération Française
des Centres Bouddhistes
Karma-Kagyu


Union Bouddhiste
de France 


European Buddhist
Union