"Le bouddhisme est un mode de vie par lequel nous développons les qualités de notre esprit.
C’est un mode de vie très particulier, car c’est une façon d’atteindre le bonheur
sans nuire à autrui."

LE XVIIe GYALWA KARMAPA, TRINLEY THAYÉ DORJÉ

Posté le 11 juin 2015 sur karmapa.org
Voir l'article original (en anglais)

Je voudrais profiter de cette occasion pour remercier tout le monde et vous manifester toute ma gratitude et ma reconnaissance pour votre présence ici. Je peux voir des disciples de Sa Sainteté Kunzig Shamar Rinpoché – un grand nombre d'anciens disciples, amis et étudiants, pratiquants et bien sûr les vénérables. Je voudrais prendre un moment pour que l'on se souvienne de la signification de ce jour.

Nous savons que, d'un point de vue universel, cette journée est un jour pour se remémorer et aussi célébrer la vie d'un grand être. D'un point de vue spirituel, cette journée est un jour pour se rappeler trois des actes – ou activités – les plus importants accomplis par un bodhisattva réalisé : la naissance, la vie et le décès de Sa Sainteté Kunzig Shamar Rinpoché.

Tout comme celle du Bouddha lui-même, la naissance de Sa Sainteté Kunzig Shamar Rinpoché est très importante. La renaissance d'un bodhisattva est supposée être une renaissance consciente,   mue par l'intention d'accomplir le bien des êtres sensibles. C'est par cette volonté qu'il reprend naissance. Nous devons profiter de ce jour et prendre le temps de nous rappeler cela.

Ensuite, essayons de nous souvenir de sa vie, de son activité, de son héritage, de sa contribution au monde. À l'image de nombreux grands êtres que nous connaissons à travers l'Histoire, mais aussi aujourd'hui même, la vie de Sa Sainteté Kunzig Shamar Rinpoché est une formidable source d'inspiration pour nous tous.

Rappelons-nous sa capacité et sa détermination à protéger et à préserver cette lignée que nous connaissons. Il ne s'agit pas de n'importe quelle lignée, mais d'une lignée de compassion et de sagesse : une lignée des enseignements du Bouddha – les enseignements qui ont survécu, qui se sont développés pendant plus de 2 500 ans et que se développent encore, à ce moment même. Ces enseignements ont aujourd'hui atteint diverses régions du monde. Les enseignements bouddhiques sont maintenant partout sur le globe et accomplissent le bien d'un nombre incommensurable d'êtres grâce à leur message de compassion et de sagesse. Un nombre infini d'êtres réalisent les bienfaits de ces enseignements atemporels, de cette pratique atemporelle qui ne requiert aucun effort.

Le seul fait de générer de compassion et sagesse à l'égard des autres apporte une grande paix, pour nous-mêmes, pour les autres et donc pour tous ceux qui nous entourent. Et cet effet est bien sûr atemporel. Les bienfaits de ces enseignements ont été vus par le Bouddha, par les bodhisattvas – ceux qui empruntent le chemin pour devenir des bouddhas. Ils les ont constatés, en ont fait l'expérience et les ont réalisés. Il en va de même pour ce grand être dont il est question aujourd'hui – Sa Sainteté Kunzig Shamar Rinpoché.

L'héritage qu'il a laissé est mis en lumière par les pratiquants qui se trouvent ici et ceux qui n'y sont pas – les pratiquants qui dévouent leur temps et leur énergie à acquérir une meilleure compréhension de ce qu’ils peuvent accomplir, de la contribution qu’ils peuvent apporter aux autres et de la façon de développer compassion et sagesse.

Grâce aux efforts de Sa Sainteté Kunzig Shamar Rinpoché pour préserver cette lignée, nous pouvons en faire partie, la mettre en œuvre et la vivre. D’une certaine façon, nous pouvons intégrer cette lignée dans nos vies quotidiennes affairées et en appréhender le réel sens.

Les enseignements qu'il a préservés sont si importants en ces temps difficiles et matérialistes. Les enseignements bouddhiques sont extrêmement délicats à préserver, comme le Bouddha l'a dit, principalement à cause de nos émotions. Bien sûr, le facteur karmique entre aussi en jeu. Le karma est une force très importante et puissante qui nous pousse à diverses limites, mais en essayant de comprendre les défis du karma et des émotions affligeantes que nous rencontrons tous les jours, nous en venons à comprendre à quel point cette pratique de la compassion et de la sagesse est bienfaisante. La compassion et la sagesse constituent l'antidote au karma et aux émotions affligeantes que nous rencontrons. Soyons donc reconnaissants à Sa Sainteté Kunzig Shamar Rinpoché d’avoir préservé ces précieux enseignements.

Nous devons donc nous rappeler ce qu'il nous a laissé : le précieux et atemporel Dharma du Bouddha et la compréhension que nous avons les uns pour les autres. C'est ce que nous devons nous rappeler et il nous faut utiliser cette opportunité. Comme le vénérable Jigmé Rinpoché l'a précédemment mentionné, le précieux corps humain offre une occasion précieuse pour accomplir le bien d'autrui. En même temps, il est fragile du fait de la présence des karmas et des émotions affligeantes.

Je vous invite tous à utiliser cette opportunité pour réfléchir au sens de la compassion, de la sagesse et des bienfaits à embrasser ces qualités. En agissant ainsi, vous parviendrez à comprendre les véritables avantages de la présence de grands êtres, de grands bodhisattvas comme Sa Sainteté Kunzig Shamar Rinpoché dans vos vies parce que sans eux, ces enseignements ne peuvent simplement pas survivre ni fleurir. C'est grâce aux activités de ces bodhisattvas, à leur vie et à leur dévouement que les enseignements ont été préservés, partagés et rendus accessibles à tous. Si nous éprouvons un sentiment de paix, physique ou mental, quel qu'en soit le degré, quelle qu'en soit la forme – cela est uniquement dû à la pratique de la compassion et de la sagesse. Il est, par conséquent, très important de se le rappeler.

Enfin, comme pour le Bouddha, le troisième acte – ou activité – d'importance est celui du parinirvana, ou plus simplement du décès. Le dernier enseignement de Sa Sainteté Kunzig Shamar Rinpoché est celui de l'impermanence – de la fragilité, du constant changement de notre vie. Même si nous pouvons percevoir, de façon très banale et mondaine, que de tels événements font partie de la vie et rien d'autre, en fait, le parinirvana constitue bien plus que cela. Il doit être perçu et compris comme un enseignement direct. Lorsque de telles choses se produisent, elles nous amènent immédiatement à réfléchir et à nous interroger sur nous-mêmes et notre état : si un tel être peut décéder, qu'en est-il de moi ? Qu'en est-il des autres ? Et cela ne constitue pas seulement un moment de curiosité, mais conduit à une profonde réflexion.

Lorsque quelqu'un décède, il est difficile de digérer de tels enseignements. Cela peut arriver à quelqu'un de très proche, quelqu'un qui a de l'importance pour vous, et lorsque cela se produit, c'est accablant, émotionnel et lourd. Néanmoins, il y a quelque chose à apprendre d’un décès. Et dans le cas du départ de Sa Sainteté Kunzig Shamar Rinpoché, il y a un enseignement : se rappeler la fragilité et le caractère impermanent de notre vie.

Je vous demande donc d'absorber les expériences que vous faites et de ne pas les laisser être emportées par vos tâches quotidiennes et votre vie parce que ces moments recèlent une grande sagesse  : se rappeler l'impermanence de chaque aspect de la vie, de chaque changement de notre façon de penser, d'être, de nous comporter, etc.

En nous concentrant sur le dernier enseignement de Sa Sainteté Kunzig Shamar Rinpoché, nous acquérons davantage de sagesse. Cette sagesse n'est pas issue de l'extérieur, mais elle est éprouvée de l'intérieur. Essayez de vous concentrer dessus, encore et encore (c'est ce que l'on appelle la pratique) et pour cela vous avez besoin de vous donner du temps et d'être un peu plus cohérent d'une certaine façon, ce qui signifie que vous prenez du temps pour que cette expérience, cette sagesse, cette compréhension puissent se développer.  

En faisant cela, l'enseignement devient intemporel et sans limites. Intemporel signifie qu'il ne s'éteindra pas. Au contraire, une approche matérialiste atteint, après quelque temps, ses limites et prend fin. Si nous nous concentrons sur les qualités de compassion et de sagesse que nous possédons – alors cela devient vraiment intemporel.

Je pense donc qu'il est crucial pour nous tous d'utiliser ce moment, ce précieux moment, qui nous a été donné. Ce jour marque évidemment un événement spécifique : le premier anniversaire du parinirvana de Sa Sainteté Kunzig Shamar Rinpoché et, à cette occasion, nous avons la chance d'avoir la relique d'un os, ce qui est très spécial.

Pour la plupart d'entre nous, il peut être difficile de comprendre la signification d'une telle relique. Les reliques des os constituent un des nombreux signes – ou preuves – qu’un être est un grand être. «  Grand être  » ne signifie pas que quelqu'un est né ainsi. Le Bouddha lui-même, comme nous tous, a débuté à un niveau ou avec des circonstances de vie ordinaires, et c'est valable aussi pour Sa Sainteté Kunzig Shamar Rinpoché. Mais au fur et à mesure du temps, grâce à ses qualités et son dévouement purs, il a excellé et transcendé ses qualités de compassion et de sagesse.

Pour de grands êtres, non seulement leur véritable essence – c'est-à-dire leur conscience – se développe d'un état émotionnel vers un état éveillé, mais leur état physique aussi est affecté – d'une façon positive, bien sûr. Lorsque la conscience quitte ce monde, le corps physique laisse aussi des marques qui reflètent la compassion et la sagesse de la conscience. Il y a donc souvent des parties de la dépouille qui demeurent après la crémation et constituent ainsi des signes.

Normalement, lorsqu'un corps est incinéré, nous savons tous que le feu consume tout et que rien ne peut rester à la fin, mais du fait de la compréhension et des capacités d'un grand être, il demeure des parties de la dépouille. Le fait que ces restes demeurent signifie que les étudiants, disciples ou pratiquants ont un lien karmique positif avec l'être qui est décédé. De ce fait, ces reliques constituent également une source de bénédiction et d'inspiration. C'est le cas pour Sa Sainteté Kunzig Shamar Rinpoché.

Parfois des morceaux comme les facultés oculaire ou gustative demeurent et sont liées à l'activité de cet être. Si le cœur demeure, cela signifie que l'être a pratiqué la bodhicitta ; si c’est la langue, qu’il a pratiqué la parole pure ; si se sont les globes oculaires, qu’il a pratiqué la vision pure.

Les différents morceaux qui demeurent, avec les reliques (qui apparaissent sous de nombreuses formes), constituent une source de bénédictions. Je pense donc que nous sommes tous très chanceux d'avoir ces reliques pour en recevoir la bénédiction. Une partie est maintenant installée en ce temple et recevons-en donc tous la bénédiction et offrons nos prières.

À l'opposé de la façon générale de commémorer le départ de quelqu'un, dans un contexte spirituel, particulièrement pour le décès d'un grand être, comme Sa Sainteté Kunzig Shamar Rinpoché, il ne s'agit pas de se souvenir d'une personne, mais de davantage : nous appelons sa bénédiction, nous appelons son inspiration, nous appelons sa sagesse, sa compréhension. En agissant ainsi, quelque chose que nous pouvons absorber devient intemporel et bénéfique.

Je suis donc heureux que vous soyez nombreux ici. Je sais que de nombreuses personnes n'ont pas pu venir, du fait des tragédies qui ont eu lieu au Népal et pour d'autres raisons. Néanmoins, je suis reconnaissant pour ceux qui sont présents et je me réjouis qu’ils utilisent ce précieux moment.

À présent, rappelons-nous un fait à propos de Sa Sainteté Kunzig Shamar Rinpoché : c'est un être réincarné, c’est très important. Il s’agit d’une tradition qui a commencé au Tibet, dans le cadre du bouddhisme tibétain. C’est une tradition où un grand être se réincarne encore et encore afin d'accomplir le bien des êtres sensibles et pour continuer la lignée et les enseignements qui ont été amenés de cette terre, cette nation, votre nation – l’Inde – par delà l’Himalaya jusqu'au Tibet et partout dans le monde.

Comme nous le savons, les reliques de feu Kunzig Shamar Rinpoché sont celles de sa 14e incarnation. Utilisons aussi ce moment pour prier du fond du cœur pour le prompt retour de la 15e réincarnation.

Je vous demande tous de vous joindre à moi pour effectuer cette prière qui commencera demain et durera une semaine avec la pratique de Chakrasamvara qui constitue une tradition et une pratique que nous avons préservée pendant des siècles. Tout le monde est bienvenu. Aujourd’hui est un jour très spécial, je vous demande donc de prier et de recevoir les bénédictions de ces reliques.

Je souhaite terminer en offrant tous mes remerciements à ceux qui sont venus. Vous avez tous des agendas chargés, des vies occupées, malgré cela vous avez pris le temps de venir. Il y a des vénérables moniales et moines, des disciples, de vieilles connaissances de Sa Sainteté Kunzig Shamar Rinpoché, ainsi que des représentants des ambassades du Bhoutan et du Népal. Je vous remercie d'être présent. Il y a aussi des étudiants du monde entier, je vous remercie vraiment aussi, car je sais qu'il vous est difficile de prendre le temps de venir. Merci beaucoup. Puissions-nous accomplir le bien des êtres et générer compassion et sagesse.

Merci. Namo Boudhaya.

Dhagpo Kagyu Ling - Landrevie - 24290 Saint-Léon sur Vézère - tél : 05 53 50 70 75 - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.