"Le bouddhisme est un mode de vie par lequel nous développons les qualités de notre esprit.
C’est un mode de vie très particulier, car c’est une façon d’atteindre le bonheur
sans nuire à autrui."

LE XVIIe GYALWA KARMAPA, TRINLEY THAYÉ DORJÉ

Chers amis

Que savons-nous vraiment du bonheur ? Selon la perspective bouddhique, tous les êtres sensibles, les animaux y compris, recherchent le bonheur. Un instinct inconscient nous pousse à parvenir au bonheur – même si nous sommes nombreux à ne pas avoir une idée claire de ce qu’il est ni de comment l’obtenir. 

Selon la perspective bouddhique, il existe deux sortes de bonheur : le bonheur émotionnel et le bonheur intemporel. Le bonheur émotionnel peut être décrit comme la recherche pour se protéger du froid, gagner sa vie, obtenir une position ou un statut. Même si ce type de bonheur « mondain » n’a rien de mauvais, nous comprenons, lorsque nous y réfléchissons, que tous ces exemples sont  temporaires du fait même de leur nature. Le bonheur émotionnel ne dure pas. Par conséquent, il devient très important de rechercher le bonheur intemporel. 

 

Le bonheur intemporel

Le bonheur intemporel s'acquiert par la compréhension de nos qualités inhérentes, comme la compassion et l’amour bienveillant, et l'obtention du discernement relatif à notre véritable nature. Une réflexion sur la nature de cette forme de bonheur nous fait découvrir quelque chose de permanent, qui ne change pas – et qui vaut donc la peine d’être obtenu.

Le bonheur intemporel peut être source de confusion. Nous sommes, après tout, si étroitement liés au bonheur émotionnel dont nous obtenons chaque jour une satisfaction immédiate. L’idée du bonheur intemporel peut paraître noble, merveilleuse même, mais ce bonheur est-il manifeste et envisageable dans la vie quotidienne ?  En fait, oui !

 

Le bonheur en famille

Ma grand-mère – la mère de mon père – menait une vie très simple. Mais la façon dont elle menait sa vie me marquera à jamais et c’est peut-être mon meilleur exemple personnel de bonheur intemporel. Sans avoir de responsabilités spécifiques que l’on aurait pu considérer comme exceptionnelles ou sensationnelles – en étant simplement une mère, juste en mettant en pratique l’amour bienveillant et les autres qualités essentielles de la vie, ainsi que ses propres qualités –, j’ai vu qu’elle avait toujours la même constance envers la vie, peu importait son entourage ou les situations qu’elle traversait. Quelle que soit la personne qu’elle rencontrait, elle avait une attitude bienveillante et attentionnée – comme une mère. Vous pouviez le voir avec vos yeux, vous pouviez l’entendre dans ses paroles extrêmement chaleureuses et douces. Bien sûr, toutes ces qualités provenaient de sa propre conscience.

En tant que Karmapa, je mène bien sûr une vie de pratiquant spirituel, mais j’ai tant appris de la façon dont elle se comportait, de son attitude dans la vie. Ce souvenir m’est très précieux parce qu’il m’aide à me rappeler que le bonheur intemporel est manifeste et évident en chacun de nous. Le bonheur que nous recherchons est déjà là. Cet exemple m’aide et fait naître à chaque fois un sourire sur mon visage et dans mon coeur. 

 

Le Bouddha et le bonheur

Je suis sûr que chacun d’entre vous peut se rappeler des expériences ou des souvenirs similaires. Le bouddhisme explique que le potentiel, la graine et les qualités du véritable bonheur ou de l’éveil se trouvent au sein même de chaque être sensible.

Par conséquent, il est important de ne pas considérer le bonheur intemporel comme quelque chose de lointain, d’inatteignable ou qui doit être célébré à certaines occasions et replacé ensuite sur l’étagère pour le reste de l’année. Au contraire, nous pouvons nous engager dans le bonheur intemporel, nous pouvons y prendre part, quel que soit notre mode de vie, quelle que soit notre situation. Mais tout d’abord, nous devons y être attentifs. 

Le terme « intemporel » renferme tout le bienfait issu du premier pas vers l’accomplissement de ce bonheur. D’après la perspective bouddhique, les bienfaits sont nobles, honnêtes et vertueux dès le tout début. Ils sont nobles, honnêtes et vertueux en chemin. Et il sont nobles, honnêtes et vertueux à la fin aussi – pas seulement dans cette vie, pas seulement juste après, mais jusqu’à la fin, jusqu’à ce que nous ayons pleinement développé et réalisé le bonheur intemporel. 

Selon le point de vue bouddhique, le meilleur exemple de ce bonheur immuable n’est autre que le Bouddha lui-même. Bouddha signifie « l’être éveillé » – un être totalement éveillé. Si nous réfléchissons à la façon dont il s’est mis en quête du bonheur intemporel et dont il l’a enfin accompli, nous voyons que nous entreprenons la même chose aujourd’hui, en réfléchissant et en analysant les causes et les conditions du bonheur.

 

L’examen du bonheur

La seule manière d’analyser le bonheur est de regarder profondément en nous-mêmes et de scruter la façon dont nous nous comportons, nos habitudes et nos penchants quotidiens. Faire cela nous aide à nous comprendre davantage, et si nous nous comprenons mieux, nous comprenons mieux les autres également. 

Nous sommes tous dotés des qualités de base pour parvenir au bonheur, nous partageons tous ce potentiel – tout simplement parce nous avons tous une conscience. Nous avons tous le même souhait et les mêmes aspirations puisque nous cherchons tous le bonheur. 

L’histoire de la vie du Bouddha montre clairement qu’il aurait pu avoir, et qu’il a en fait eu, tout ce qu’il pouvait souhaiter d’une vie mondaine. Mais en analysant cela, il a vu que tout était temporaire – quel que soit le plaisir ressenti ou la satisfaction éprouvée. Il a vu que parvenir à ce type d'expérience, ce que nous appelons le bonheur émotionnel, ne représentait pas le but ni la priorité ultime. Il a donc quitté cette vie en quête de quelque chose qui durerait, qui serait immuable. C’est ce que mettent en œuvre les étudiants du chemin et de la méthode du Bouddha : la pratique du bonheur intemporel.

Ceci dit, pour atteindre au bonheur, avons-nous besoin de soudainement changer notre façon de vivre ? Avons-nous besoin de renoncer et d’abandonner tout ce qui fait notre vie ? Ces questions et ces doutes émergent de façon naturelle. Je dirais que tout réside dans notre attitude, dans la façon dont nous souhaitons vivre notre vie : tout dépend de nos priorités et de notre but ultime. Si notre priorité est de parvenir au bonheur intemporel, la première chose que nous devons faire est de réfléchir.

 

Cinq minutes par jour

Il est bénéfique de réfléchir chaque jour sur ce que nous cherchons vraiment à obtenir, sur les conditions que nous avons rassemblées et les méthodes que nous avons mises en œuvre. Il n’y a pas de mal à prendre un peu de temps sur notre programme quotidien.Nous pouvons commencer avec cinq minutes par jour –ce n’est pas beaucoup – et la pratique elle-même n’implique pas de méthodes intensives ni de procédures rigoureuses. Tout ce que nous avons à faire est de nous asseoir ou de nous tenir dans un lieu calme et tranquille où nous nous sentons bien.

Ensuite, méditez et réfléchissez simplement, le corps et l’esprit au calme. Réfléchissez aux dernières 24 heures – rien de plus –, pensez à ce qui s’est passé exactement. Faites-le de façon non émotionnelle, sans jugement. On en retire tant de bienfait ! Vous acquerrez une meilleure compréhension de vous-mêmes et des aspects marquants de votre vie. Non seulement votre mémoire s'améliorera, non seulement votre esprit gagnera en clarté, mais cela pourra aussi vraiment participer à une meilleure compréhension de vous-mêmes et de la véritable nature du bonheur.

Je vous encourage tous à essayer ceci. J’effectue cette pratique le plus possible et elle est le vecteur d’un grand bienfait. Elle m’aide à comprendre avec précision où je suis, ce que j’ai éprouvé dans le passé et me permet également de comprendre ce qui peut se passer, quelles sont les possibilités. Ainsi, cette pratique simple nous aide à comprendre le passé, le présent et le futur. Nous nous sentons confiants et pouvons découvrir le bonheur.

J’espère que [ces quelques mots] vous seront bénéfiques. Je formule des souhaits et des prières pour que nous puissions tous accomplir le bonheur intemporel. Je prie pour que nous gagnions en clarté et que nous trouvions tous les conditions pour apprécier le lien qu'il y a entre nous. Je prie pour que nous cultivions les conditions nous permettant d'actualiser le potentiel dont nous sommes dotés, les liens que nous partageons tous comme les liens familiaux ou amicaux. Et je prie pour que cela ne devienne pas uniquement un bonheur émotionnel, mais un bonheur intemporel dans notre monde.

 

Il s’agit d’une transcription corrigée d’un enseignement public retransmis en direct, qui a été donné à l’occasion de la journée mondiale du bonheur des Nations Unies, en 2015, par Thayé Dorjé, le XVII e Gyalwa Karmapa. Vous pouvez suivre Karmapa sur Facebook, sur son site karmapa.org ou @karmapaorg

Source HuffPost 13 avril 2015

Photo Tokpa Korlo

 

Coordonnées

   Dhagpo Kagyu Ling
Landrevie - 24290 Saint-Léon-sur-Vézère - tél : 05 53 50 70 75 -
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Dhagpo, siège européen de la lignée Karma Kagyu, est membre : 

 
Fédération Française
des Centres Bouddhistes
Karma-Kagyu


Union Bouddhiste
de France 


European Buddhist
Union