"Le bouddhisme est un mode de vie par lequel nous développons les qualités de notre esprit.
C’est un mode de vie très particulier, car c’est une façon d’atteindre le bonheur
sans nuire à autrui."

LE XVIIe GYALWA KARMAPA, TRINLEY THAYÉ DORJÉ

EN English here |  ES Espagnol aquí

L'Institut de Dhagpo Kagyu Ling au printemps

Par mesure de précaution, Dhagpo a été fermé au public dès le 14 mars et tous les stages ont été annulés jusqu’à fin avril. Depuis, le fonctionnement du centre a été réorganisé pour continuer à assurer les activités essentielles à la vie communautaire et soutenir la pratique et l’étude des personnes reliées à Dhagpo. 

PREMIÈRES URGENCES 

Informer les stagiaires

les forsythia sont en fleurs

Pendant les premiers jours qui ont suivi la fermeture du centre, l’équipe de l’accueil s’est mobilisée pour contacter toutes les personnes inscrites aux prochains stages afin de les prévenir de leur annulation. De nombreux appels téléphoniques ont été passés. Des courriers électroniques, et postaux pour les stagiaires non connectés, ont été également envoyés. Une fois toutes les personnes prévenues par l’accueil, la comptabilité a pris le relais pour procéder au remboursement des arrhes versées. Certaines personnes ont alors choisi de faire don de ces arrhes à Dhagpo ; nous les remercions pour leur générosité.

Organiser la vie quotidienne en confinement

À partir du 14 mars, ne sont restées sur le centre que les personnes qui résident sur place dans le cadre du projet communautaire de Dhagpo. Leur premier travail a été de se réunir pour établir les différents protocoles d’hygiène et de sécurité nécessaires afin d'éviter une éventuelle propagation du virus au sein de la communauté.

Il a fallu discuter de nombreux sujets et répondre à diverses questions. Comment s’assurer que les personnes qui doivent sortir du centre pour s’approvisionner en nourriture ou en médicaments n’affectent pas les autres membres de la communauté en cas de contamination ? Comment garantir la protection des anciens de la communauté, qui sont des personnes à risques ? Comment prendre ses repas au réfectoire tout en respectant des règles d’hygiène strictes et des distances de sécurité ? Comment partager sainement les lieux de vie communs, comme les salles de bain et les sanitaires, ou les espaces de travail et de pratique ? Ces questions, chaque couple et chaque famille ont pu se les poser. Mais, au sein d’une communauté de 20 personnes, où chacun a une vision personnelle de l’hygiène et de la sécurité, partager tous ces points de vue et s’accorder sur une vision commune prend forcément plus de temps. 

 garantir la protection des anciens de la communauté, qui sont des personnes à risques   des règles d’hygiène strictes et des distances de sécurité

Une fois les protocoles d’hygiène et de sécurité mis en place, les activités quotidiennes ont été réorganisées pour pouvoir être assurées à tour de rôle : la cuisine, la plonge, l’entretien des autels du temple et de l’Institut, l’entretien des sanitaires et des espaces verts, etc.
Pour se maintenir en forme, des séances de Qi gong ont lieu chaque jour, au grand air, sur le parvis de l’Institut.


SOUTENIR LA PRATIQUE DES PERSONNES EN CONFINEMENT 

Les rituels ont bien sûr continué à avoir lieu quotidiennement sur le centre.

Les rituels ont bien sûr continué à avoir lieu quotidiennement sur le centre. Ayant à cœur de pouvoir soutenir la pratique des personnes confinées à la maison, les résidents ont testé différentes solutions de partage en ligne. Les pratiques de Tara verte et de Chenrezik ont ainsi pu être diffusées en direct sur la chaîne Youtube de Dhagpo et par le biais de l’application Zoom.

Cette application a également été utilisée par plusieurs KTT pour poursuivre les pratiques de groupe hebdomadaires, comme à l’Espace Bouddhiste Tibétain de Paris ou à Dhagpo Oléron. D’autres centres ont utilisé leur groupe WhatsApp ou leur page Facebook pour rester en contact et échanger des nouvelles.

À Dhagpo, les secteurs de la traduction, du web et de la communication se sont mobilisés pour rendre accessibles en français et en espagnol les différents enregistrements vidéo et audio diffusés par Thayé Dorjé, Sa Sainteté le XVIIe Gyalwa Karmapa.


SOUTENIR LES CENTRES LOCAUX DANS L'ÉTUDE DES ENSEIGNEMENTS

Les tournées d’enseignement prévues en mars et en avril dans les centres locaux – les KTT et les groupes du Dharma – ont été annulées.

Les lamas de soutien se mobilisent aujourd’hui pour contacter les centres, dont ils coordonnent l’activité dans une région donnée, et s’informer de leurs besoins.

...par le biais de l’application Zoom.

Des visioconférences ont déjà été organisées dans certains groupes du Dharma, comme à Saintes, pour remplacer les conférences annulées. L’enseignement sur l’entraînement de l’esprit – lojong –, très utile pour transformer les difficultés rencontrées sur le chemin, a ainsi pu être diffusé en direct.

D’autres KTT ont préféré avoir du soutien pour étudier les derniers enseignements de Karmapa sur l’impermanence et le changement. Des sessions d’étude, animées par un lama, ont ainsi été organisées, via l’application Zoom, à Dhagpo La Rochelle et Dhagpo Poitiers.

UNE OPPORTUNITÉ POUR MÉDITER ET ÉTUDIER DAVANTAGE 

Étant donnée la situation générale, tous les voyages de lama Jigmé Rinpoché ont naturellement été annulés jusqu’à nouvel ordre. Il est, lui aussi, confiné chez lui. Il est en bonne santé. Tout en continuant d’assumer ses fonctions à distance, il profite de ce répit dans son emploi du temps chargé pour se reposer et consacrer la plus grande partie de son temps à la pratique.

À Dhagpo, comme dans les centres locaux, les pratiquants utilisent également ce temps de confinement pour se mettre en retraite ou en semi-retraite, suivant en cela les conseils que Karmapa a donnés dans son message du 29 janvier.

Certains mettent l’accent sur la pratique de la méditation en s’entraînant, par exemple, à la quiétude mentale ou à demeurer en la présence de Chenrezik.

D’autres révisent les enseignements reçus cette année, tels que l’Entrée sur la voie des pandits de Mipham Rinpoché ou l’Abhidharma Kosha de Vasubandhu.

D’autres encore étudient les enseignements cités par Karmapa dans ses derniers messages adressés aux pratiquants.

Dans son message du 7 mars, Karmapa encourage tous les lamas, les membres du sangha et les pratiquants laïcs à contempler continuellement les quatre sceaux. Dans son message du 29 janvier, il invite les pratiquants à considérer le fait que le cycle de la naissance, de la vieillesse, de la maladie et de la mort est l’état naturel de la manifestation en dépendance.

L’étude et la contemplation d’enseignements, tels que les quatre vérités des êtres nobles, les quatre pensées préliminaires communes, le karma ou la manifestation en dépendance, peuvent donc également être utiles.  

  Une opportunité pour méditer et étudier davantage  Karmapa encourage tous les lamas, les membres du sangha et les pratiquants laïcs à contempler continuellement les quatre sceaux.  

Toutes les situations, et particulièrement celles qui sont difficiles, nous offrent l’opportunité d’approfondir notre observation et notre compréhension du fonctionnement du monde et des êtres. Cette connaissance nous permet de progresser sur le chemin de la libération de la souffrance et de ses causes. Elle permet également de prendre soin des autres, en les aidant également à se libérer de la souffrance.


Puissions-nous tous voir cette situation comme une opportunité de pratiquer les quatre dharmas de Gampopa :


Accordez-moi votre bénédiction afin que
mon esprit se tourne vers le Dharma,
le Dharma devienne mon chemin,
le chemin dissipe l’illusion,
l’illusion se révèle comme sagesse primordiale.

Coordonnées

   Dhagpo Kagyu Ling
Landrevie - 24290 Saint-Léon-sur-Vézère - tél : 05 53 50 70 75 -
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Dhagpo, siège européen de la lignée Karma Kagyu, est membre : 

 
Fédération Française
des Centres Bouddhistes
Karma-Kagyu


Union Bouddhiste
de France
 


European Buddhist
Union